Librairie Siloë Liège

facebookltrssmail3phone

Terreur de jeunesse : Le témoignage d'un ex-djihadiste

terreur de jeunessepar David Vallat.
David Vallat nous explique qu’il existe 2 mots en langue arabe pour désigner le martyr :
« Fidaï » : celui qui offre sa vie ; désigne le musulman qui se sacrifie dans le combat pour défendre l’Islam quand il est attaqué. Ce terme a été dévoyé de son sens premier par l’islamisme le plus violent .
«  Chahid » : celui qui témoigne, le témoin.
C’est ce devoir de témoignage que remplit David VALLAT dans son livre pour tenter d’expliquer de l’intérieur et par son propre vécu le mécanisme de la radicalisation, sans compassion ni langue de bois : le passage de l’Islam à l’islamisme, de l’islamisme au terrorisme ; le passage d’une culture à l’autre, de la religion à la violence ; le passage de la stratégie de combattant militant et militaire sur des théâtres de guerre à une volonté de faire mal motivée par une haine beaucoup plus profonde, avec « la terreur au bout de l’impasse ».
Il faut saluer la démarche de récit autobiographique de ce français de souche, né dans une famille catholique pratiquante « par habitude » et qui a été attiré à 15 ans par la place « naturelle et paisible de la religion » dans la vie quotidienne des familles voisines musulmanes.
Mais cette lecture contient un autre témoignage important : celui du  repentir après le basculement et de la réinsertion possible et réussie.
Ce récit n’est sans doute pas le seul témoignage sur le sujet mais chacun de nous , dans le contexte actuel, devrait peut être au moins en lire un et pourquoi pas celui-là ?
Marie-Christine COLIN-LEFEBVRE.

Calmann-Levy, 2016 - 19.05 €

Réserver ce livre

 
L'homme qui fuyait le nobel... jusqu'à Compostelle

lhomme qui fuyait le nobelPar Patrick Tudoret.
Très, très belle découverte de cet écrivain et de ce livre dont le titre n'est qu'un prétexte à une réflexion sur la vanité humaine et surtout sur l'amour qui survit à la mort.
Histoire d'un écrivain qui se voit décerner l'honneur suprême de la littérature mondiale mais qui fuit tout ce que représente ce Prix en se jettant dans la marche. Ce point de départ est l'occasion de belles réflexions sur le rôle et le travail de l'écrivain et sur la place de la littérature dans notre monde "moderne".
Mais là n'est pas l'objet principal de ce récit pourtant émaillé de nombreuses et très belles références littéraires : ce récit est avant tout un magnifique roman d'amour, amour de la femme aimée morte quelques années auparavant et à laquelle il écrit tout au cours de son parcours géographique et spirituel.
Ce sceptique et agnostique notoire se retrouve, un peu malgré lui, à marcher sur le "chemin" et ainsi, pas à pas, renoue avec la vie.
C'est un récit plein de lumière, de tendresse et d'émotions dans un style très beau et marqué par un très riche vocabulaire.
A découvrir sans tarder.
Marie-Christine Collin-Lefebvre.
Grasset, 2015 - 20.20 €

Réserver ce livre

 
Youcat Bible : La Bible de l'Eglise catholique pour les jeunes

Youcat-Bible


Une nouvelle Bible ? Oui, et pas n'importe laquelle ! Une Bible pour les jeunes. Des textes choisis dans la nouvelle traduction liturgique de la Bible.
Une chouette préface du Pape François, 400 pages, un format pratique, des explications claires, des photos et témoignages variés.
10 conseils précieux pour l'utiliser.
A offrir sans hésiter. A ouvrir avec eux. A emporter aux JMJ.
Geneviève Iweins, mai 2016.

Bayard, Fleurus-Mame, Cerf, 2016 - 20,00 €

Réserver ce livre

 
Vous n'aurez pas ma haine

vous-n-aurez-pas-ma-hainePar Antoine Leiris.
Comment trouver les mots justes pour parler de ce récit ?
Antoine Leiris est journaliste. Hélène, sa femme, était au Bataclan le soir du 13 novembre et y a trouvé la mort, les laissant seuls, lui et Melvil, leur bébé de 17 mois.
Ils ont perdu une épouse, une amante, une amie et une maman.
Dans les heures qui suivent les attentats, il laisse monter en lui les mots et publie sur les réseaux sociaux une lettre intitulée « Vous n'aurez pas ma haine », qui a fait le tour du monde et qui est le centre – au propre comme au figuré – de ce court récit sous forme de journal qui commence le vendredi 13 novembre à 22 heures 37 pour s'achever le 25 novembre, au lendemain des funérailles. Ce récit est conforme à l'image qu'a donnée Antoine Leiris sur les plateaux radios et télévision où il a présenté son livre : poignant, émouvant, mais sobre, pudique et vrai.
Dans la douleur, le chagrin qui peu a peu se mue en deuil, dans l'absence et le manque, c'est une lettre d'amour magnifique à Hélène, la femme qu'il aime et un message d'amour paternel rempli de douceur et d'espoir à Melvil, son petit garçon qui comprend sans comprendre.
Que leur nouvelle vie à deux puisse être la meilleure possible grâce à la force de cet amour.
Marie-Christine Colin-Lefebvre, mai 2016.
Fayard, 2016 - 14.45 € - 8.99 € (Epub)

Réserver ce livre
Acheter la version numérique (Epub)

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 9 sur 26