Librairie Siloë Liège

facebookltrssmail3phone

Réparer les vivants

par Malys de Kerangal
9782070144136-reparer-les-vivants
Réparer les vivants est bien « le roman » d’une transplantation cardiaque et ce roman est bellement réussi, comme le traduit très bien le descriptif au dos du livre.
Pour ma part, j’ai mis du temps à réaliser l’autre possible du livre, moins romancé.
Le titre- même m’a laissé en suspens malgré la lecture, jusqu’à ce que je me souvienne de la prière de Miséricorde.. »Père éternel, reçois le corps et le sang, l’âme et la divinité de ton fils bien aimé, Jésus-Christ, notre Seigneur, en réparation de tous nos péchés et de ceux du monde entier »
Il n’y aurait pas d’histoire si Simon n’était pas parti de nuit surfer dans le fracas des vagues mousseuses, froides et nocturnes, « une nuit sans étoiles, alors qu’il gelait à pierre fendre »
Il n’y aurait pas » d’histoire » si ce jeune homme et ses copains n’étaient pas en recherche de sensations sublimes ou de jeux avec les limites..
Alors , en cascade, son seul accident alerte de nombreuses personnes cachées dans l’anonymat du monde, partout, dans leur chambre de malades, dans les familles, dans les hôpitaux, dans les airs et sur les routes, au bout des lignes téléphoniques ou des techniques de pointe. D’autres se mettent en danger pour réaliser l’exploit : pas de sommeil, pas de repos, pas d’écoute de l’autre ni de regard compatissant ,pas de droit à l’erreur,  se frayer des passages à toute allure dans la circulation, des vols d’avions ou d’hélicoptères par tous les temps, des familles en éclats par les alarmes qui sonnent, des familles en suspens, en survie, en attente du miracle..
A partir de Simon, une pyramide au pied large, international, se construit dans la même foulée, un énorme dérangement sourd, une industrie lourde tournant à plein régime, et le poids de l’argent en même temps. Les industries sont en passe de transplanter des cœurs –machines..
La quête de la tension extrême et l’accident éveillent d’autres êtres tendus autour de l’extrême, les puristes, d’une efficacité extraordinaire, tous dans leur genre, maîtrisant la corde raide du « ça passe ou ça casse », jouissance individuelle ? preuve de l’amour de la vie ? de la mort ? une vraie rage.. ?
La répétition des gestes presque automatisés suivant les vagues et les rythmes d’une symphonie extraordinairement composée jusqu’à la dernière note, après laquelle la pression peut retomber lentement..
Cette quête de l’extraordinaire est- ce de l’addiction, devenu un besoin pour dépasser l’ordinaire, pour fuir notre condition humaine ? Nous connaissons le terme de « workalcoolism », addiction au travail, dépendances multiples plus ou moins révélées. La quête des extrêmes a toujours posé question.
La question posée aux parents de Simon, au moment de la demande de dons d’organes « Simon est-il généreux ? »…les parents ont hésité un long instant avant de décider qu’il le serait et qu’il l’était..
Cette fracture dans la narration, cette pause , enfin, dans le texte amenant presque à l’apnée parfois,  a éveillé en moi à nouveau la question « réparer les vivants » ?
Ce livre démontre, peut-être sans l’avoir voulu, notre ambiguïté en rapport au quotidien de la vie et de la mort...
Qui ou quoi faut- il réparer ? Nous ? tous autant que nous sommes ? assoiffés de tensions, d’états limites, d’histoires magiques, voulant démontrer son pouvoir ? allant de velléité en velléité ?
Est-ce aujourd’hui si difficile d’accepter les choses comme elles sont parfois, de célébrer  l’ordinaire ,  et d’aimer la vie et la mort qui nous sont offertes en pleine conscience , et responsables de cet « ordinaire » ?
Quel aurait été l’autre roman, si Simon était mort et tout aussi honnêtement enterré ?  ce roman - là n’existe plus ? ou ne peut-on plus exister sans être taxés d’égoïstes ? Il faut que le mort serve encore ? il faut que les corps servent ?
Ce roman pour moi a donc cette facette grave aussi à mettre au jour, pour l’éducation des humains à responsabiliser, d’autant plus que les sciences et l’argent poussent à tous les dépassements. Ce chemin, mondialement utilisé, est-il celui de l’amour ?
Nos personnalités deviennent- elles toutes « limites » ?
Mauricette Scheyvaerts
Verticales, 2014 - 18.99 €

Réserver ce livre

 
Les inconnus de l'Evangile

9782712213107-les-inconnus-de-l-evangileQui étaient les jeunes mariés de Cana , la belle mère de Pierre ou la femme aux petits chiens ? Ce sont les histoires de ces inconnus de l'Evangile que nous racontent le frère Jean Aubrun, un moine bénédictin. Neuf histoires courtes joliment contées, qui nous apportent du merveilleux, un éclairage nouveau sur certains passages de l'Evangile. De vrais contes pour toutes les saisons ! A lire au coin du feu, perché sur un arbre, à méditer, tout simplement à savourer ou à partager avec d'autres : vous connaissez l'histoire du gamin aux cinq pains et deux poissons ?
G. Iweins.

Médiaspaul, 2014 - € 15.07

Réserver ce livre

 
Félicie, sa vie - Le songe d’Icare - La cachette de Félicie

Trilogie-FelicieRetrouvez vite le monde de Félicie, Mélusine, Monsieur Tacrose, Icare et les autres dans la trilogie d’Ingrid Busa.

Félicie, une petite fille mignonne qui rêve et se pose des questions. J’ai l’impression de lui avoir ressemblé, du moins, un peu. Moi aussi, je me suis posée des questions, comme tout un chacun.
Félicie, sa vie - Le songe d’Icare - La cachette de Félicie : voilà une trilogie qui met en évidence le bon côté des questions de l’enfance, le bon côté de la curiosité et des mille et une découvertes de cet âge tendre et innocent. Au-delà du « vilain défaut » parfois accusateur, se demander le pourquoi du comment, c’est humain et ça s’entretient, si du moins on veut réfléchir sur le sens de la vie. L’amitié entre Mélusine et Félicie prend une dimension toute particulière quand les 2 petites filles réalisent l’importance qu’elles ont l’une pour l’autre. L’amitié prend alors un goût de liberté.
Icare, petit cousin de notre petite Féé est bien impatient… Patienter le temps qu’il faudra, expérimenter, se tromper, recommencer, faire des choix. Une série de thèmes importants qui ne se résolvent pas au cours d’une nuit, mais de toute une vie…
Voilà des livres amusants et questionnants pour les enfants qui se reconnaîtront probablement dans le portrait de Félicie, d’Icare ou de Mélusine. Adaptés aux enseignants du primaire aussi, ces livres sont un bon moyen d’encourager les enfants à réfléchir et à découvrir l’époque des philosophes grecs.
Hélène Salée.

Erasme, 2013 - 12.50 € le volume

Réserver "Félicie, sa vie"
Réserver "Le songe d’Icare"
Réserver "La cachette de Félicie"

 
Revenue de l'enfer : Quatre ans dans les camps Khmer Rouges

9782708242555-revenue-de-l-enferPar Claire Ly.
PnomPhen, Cambodge sous protectorat français, 1975, arrivée en ville sortant des campagnes les jeunes forces Khmers rouges animées par le dogme occidental marxiste. Claire Ly, bouddhiste par culture et tradition, témoigne de manière poignante la lutte existentielle pour sa propre survie et celle de ceux qui subsistent autour d'elle.
Dans ce cadre , entre la mort et la vie, Claire Ly ose dévoiler sans honte les passages inévitables, les étapes traversées en conscience, sa Vérité pure, nue...jusqu'à sa rencontre avec ce qui la sauve, la libère.....le Christ !
Dès après l'effet de surprise , l'opération radicale des Khmers rouges, le meurtre de ses proches , le déracinement total, les humiliations de toutes sortes, ...c'est d'abord la haine, la rage, le sentiment d'impuissance, cette force volcanique de survie, qui la submerge et la fait tenir. Cette rage adressée au Dieu occidentale, lui forge une totale détermination à vivre sa vie , à protéger ses enfants et les siens ! Elle décrit humblement les capacités de dépassement de soi que lui donne cette rage , avec chaque jour son adresse au Dieu de l'occident, comme l'ont fait avant elle, Job, Jérémie, Elie, et d'autres sûrement. Elle réalise dans ce cadre de violence extrême, l'impossibilité de répondre à l'injonction du Bouddha à l'impassibilité, à la neutralité, à garder la voie du milieu.
Quelle dignité et retenue pour décrire ce qui la distancie de sa propre mère dans ces moments-là et plus tard... Claire Ly décrit si bien sa propre mère fidèle au Bouddha en toutes circonstances et désemparée devant » l'éloignement spirituel » de sa fille ! Quelle curiosité déterminée par la suite, en France , pour comprendre ce Dieu et réaliser la proximité du Christ son Fils pour traverser la souffrance ! Et avec quelle retenue, elle ose avouer souvent sa déception face à la froideur d'accueil de certains chrétiens, osant interpréter, moraliser et ne l'abordant parfois qu'en valorisant sa dépendance...de quoi réfléchir et remettre en question certaines attitudes charitables.
Ce témoignage souligne encore nettement l'importance de la Spiritualité dans la Vie humaine, celle-ci ouvrant et délivrant d'une manière toujours surprenante de souffrances profondes en leur donnant un sens, un fil conducteur pour pouvoir décrire sa propre histoire, sa propre destinée, sans culpabilité, ni honte ! Ce témoignage apporte encore une fois la preuve de notre Unité d'être entre pulsions de survie et enracinement dans le plus vaste. Inlassablement se tenir face à la faille, comme source de grâce , comme source de conscience !
Claire Ly, aujourd'hui chrétienne baptisée, écrit ceci : « Ce colloque intime entre la bouddhiste que j'étais et la chrétienne que je suis aujourd'hui a permis que la parole se ressource comme un murmure. ».... « Un murmure qui suinte comme une grâce sur mes blessures, un murmure qui se présente comme une parole pacifiée qui ne se contente pas de condamner, mais qui souhaite contribuer au vivre ensemble »
Aujourd'hui, Claire Ly contribue activement par ses conférences et ses livres au rapprochement des cultures et religions chrétiennes et bouddhistes.
Mauricette Scheyvaerts
Editions de l'Atelier, 2014 - 19.09 €

Réserver ce livre par Email

 
<< Début < Précédent 21 22 23 24 25 26 Suivant > Fin >>

Page 23 sur 26